header logo fr

 
 
results
 
 

: CHECKMATE 025

 

Étude du nivolumab comparé à l’évérolimus dans le carcinome rénal à cellules claires prétraité métastatique ou avancé (NCT01668784)
 
 
  signalé en sept. 2015

COMBIEN

de personnes ont-elles participé à l’essai ?

Un total de 821 patients sur 146 sites dans 24 pays en Amérique du Nord, en Europe, en Australie, en Amérique du Sud et en Asie a pris part à l’essai.

CONCEPTION

DE L’ESSAI

À quoi ressemblait l’étude ?

Tous les patients participants ont été répartis de manière aléatoire en deux groupes. Après cette randomisation, un total de 803 patients a reçu le traitement. 406 patients ont été traités au nivolumab (OpdivoTM) seul, 397 patients on été traités à l’évérolimus (AfinitorTM) seul :

  • le nivolumab (OpdivoTM) est un anticorps monoclonal entièrement humain ciblant la protéine PD-1, qui n’est pas encore homologué pour un CCR
  • l’évérolimus (AfinitorTM) est un inhibiteur oral de mTOR et un traitement homologué pour un CCR.
Les deux groupes ont été équilibrés de manière homogène sur la base des caractéristiques démographiques et cliniques des patients. La majorité des patients (72 %) a reçu un traitement préalable pour un carcinome à cellules rénales avancé.Studien Design Checkmate025 web

1) Le nivolumab a été administré par voie intraveineuse toutes les 2 semaines jusqu’à l’obtention sous forme documentée d’une progression de la maladie, l’arrêt dû à la toxicité ou le retrait du consentement.

2) L’évérolimus a été administré par voie orale une fois par jour jusqu’à l’obtention sous forme documentée d’une progression de la maladie, l’arrêt dû à la toxicité ou le retrait du consentement.

RÉSULTATS

de l’étude

L’essai a eu pour but de répondre à plusieurs questions :

1. Le nouveau traitement (nivolumab) permettra-t-il une meilleure survie globale (qui a été définie comme la durée allant de la randomisation à la date du décès) ?

2. Combien de patients répondront à chaque traitement (taux de réponse objectif) ?

3. Pendant combien de temps les patients continueront-ils de répondre au traitement jusqu’à ce que leur maladie s’empire (survie sans progression) ?

4. Existe-t-il un lien entre la survie globale et l’expression tumorale de la protéine PD-L1 (pour de plus amples informations sur la protéine PD-L1, veuillez lire ici) ? L’objet de cette recherche (« biomarqueurs ») consiste à déterminer si les médecins peuvent prévoir qui répondra à ce traitement et qui n’y répondra pas.

5. Quels sont les effets secondaires du traitement et quelle est leur intensité ?

Les résultats suivants ont été observés :

1. En moyenne, les patients dans le groupe traité au nivolumab obtenaient un effet bénéfique sur la survie globale (SG) de plus de 5 mois comparés aux patients dans le groupe traité à l’évérolimus.

2. Le taux de réponse objectif avec le nivolumab était de 25 %. En d’autres termes, 1 patient sur 4 de l’essai a répondu au nouveau traitement pendant une certaine période de temps. Dans certains cas où le traitement a été arrêté pour d’autres raisons que la progression de la maladie, la réponse du patient semble avoir continué.

3. La survie sans progression médiane était de 4,6 mois dans le groupe traité au nivolumab, qui était presque la même que celle dans le groupe traité à l’évérolimus, laquelle était de 4,4 mois. Les chercheurs ont examiné plus en détail le groupe de personnes qui a bien répondu au traitement et n’avait pas connu de progression de la maladie après 6 mois de traitement. L’analyse de ce sous-groupe de patients a généré une survie sans progression médiane de 15,6 mois.

4. Le nivolumab a démontré un effet bénéfique sur la survie chez les patients, indépendamment de l’étendue de l’expression de PD-L1 dans leurs tumeurs. Ceci indique qu’il n’existe aucun biomarqueur net à utiliser comme critère de sélection ; en d’autres termes, on ne voit pas clairement comment déterminer quels sont les 25 % qui profiteront du traitement.

5. Des effets secondaires se sont produits dans les deux groupes mais ont semblé moins graves dans le groupe traité au nivolumab. Les événements indésirables les plus courants associés au traitement parmi les patients qui ont reçu le nivolumab étaient :

  • la fatigue (134 patients, 33 %),
  • les nausées (57 patients, 14 %) et
  • un prurit/des démangeaisons (57 patients, 14 %).

Les événements indésirables associés au traitement conduisant à l’interruption du traitement se sont produits chez 8 % des patients traités au nivolumab et chez 13 % des patients traités à l’évérolimus.

Pour ceux qui souhaitent lire le document intégral se rapportant à l’étude Checkmate 025, veuillez voir ici : http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa1510665

CONCLUSION

 

Des progrès considérables ont été réalisés dans le traitement des carcinomes à cellules rénales depuis 2005, lorsque les premières thérapies ciblées (lire ici) ont été homologuées. Cependant, nous cherchons encore des traitements supplémentaires pour gérer un cancer du rein à un stade avancé. Les thérapies en immuno-oncologie sont prometteuses mais beaucoup de questions restent encore en suspens.

L’étude Checkmate 025 était la première étude de phase III à montrer les bénéfices cliniques d’un inhibiteur de point de contrôle (nivolumab) pour un cancer du rein à un stade avancé dans une configuration en seconde intention.

Il reste à répondre à des questions dans des études supplémentaires. Par exemple, un certain nombre de patients n’a pas du tout répondu au nivolumab. Étant donné que 25 % des patients recevant du nivolumab ont bien répondu, comment pouvons-nous prévoir à l’avance qui en bénéficiera et qui n’en bénéficiera pas ? L’arrêt du traitement est-il sans risque ?

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre les critères de sélection des patients dont les biomarqueurs, ainsi que les possibilités de combiner des options thérapeutiques avec de nouveaux traitements.

PARTAGER

votre expérience

Étiez-vous l’un des patients de l’essai Checkmate 025 ? Si vous souhaitez partager votre expérience avec d’autres, veuillez nous envoyer un courriel à :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Notez que votre expérience serait utile aux autres patients et aux organisations de patients. Votre nom et vos coordonnées ne seront pas publiés ou partagés sans votre autorisation explicite par écrit. Pour obtenir de plus amples informations concernant notre politique de confidentialité, cliquez ici.

Avis de non-responsabilité : Ce résumé aisément accessible aux patients relatif aux résultats de cet essai clinique a fait l’objet d’une révision par des professionnels de la santé mais est fourni à titre informatif uniquement.

Retour au sommaire des résultats des essais : Premiers résultats des essais